Violences armées à Bissau : deux morts confirmés par la police militaire

La police militaire a‍ confirmé deux décès liés au conflit armé à Bissau. Selon ⁣certaines sources, les personnes décédées sont un agent de la Garde ‍nationale et un soldat du bataillon présidentiel. Ces deux décès ont été‍ confirmés par la police ⁢militaire, qui a également fait état de deux blessés qui reçoivent des soins médicaux.

Suite à l’intervention du commandant‌ de la Garde nationale pour libérer les deux responsables gouvernementaux⁢ détenus par la police judiciaire, la situation a été rétablie, selon un⁢ communiqué du chef d’état-major adjoint des forces armées.

Depuis le quartier de Luanda et ⁣d’autres installations de la Garde nationale, ⁣des coups de feu ont été entendus à Bissau. Alors que certains quartiers étaient paralysés, d’autres poursuivaient ‍leurs ‍activités​ quotidiennes malgré les coups de feu.

Après une enquête concernant un versement de 6 milliards de francs CFA (environ 10 millions de dollars) à 11 entrepreneurs, deux responsables gouvernementaux‍ ont été arrêtés. À la suite des combats, la Garde nationale ‌les a relâchés avant qu’ils ne soient arrêtés de nouveau. ​Les deux hauts responsables de l’institution ont été arrêtés ​à la suite de nombreuses‍ questions posées ⁤au ministre de l’Économie et des‍ Finances dans ‍le cadre de cette affaire.