Banque Centrale d’Éthiopie : Propositions Impactantes pour EFFORT Mining Co

Ezana Mining se prépare à reprendre ses activités. Les régulateurs de la banque centrale ont proposé un accord prioritaire d’échange or-contre-devises avec une filiale du Fonds de dotation pour la réhabilitation du Tigré (EFFORT) dans le but de lutter contre la contrebande d’or dans le Tigré et relancer les opérations de la société Ezana Mining Development Plc. Selon cette proposition de la Banque nationale d’Ethiopie (NBE), Ezana Mining Development, l’une des 15 filiales d’EFFORT, bénéficierait d’un statut prioritaire en matière d’allocation de devises en échange d’une offre régulière d’or de bonne qualité pour ses réserves. Le directeur général d’Ezana Mining, Tesfatsion Desta, a confirmé que les discussions avec le gouverneur Mamo Mihretu sont toujours en cours. “Dans le contexte actuel de guerre, les contrebandiers dominent le marché de l’exportation d’or et menacent les opérations de la NBE”, a-t-il déclaré au Reporter. “Nous cherchons à les évincer en discutant avec les autorités locales.” Avant le début de la guerre fin 2020, Ezana Mining avait exporté neuf quintaux d’or à la NBE en deux ans. Ezana fait partie des 61 entreprises du Tigré qui ont subi de graves dégâts à cause de la guerre, selon une étude récente réalisée par la Chambre de commerce du Tigré. La société opère à partir de son site de Terakimti, près de la ville de Shire Indaselassie dans le nord du Tigré. Tesfatsion confirme les résultats de l’étude. “Notre usine a été presque entièrement détruite et nous avons contracté de lourdes dettes pour sa réparation et son entretien”, a-t-il ajouté. Il n’a pas voulu divulguer le montant des prêts contractés par Ezana Mining, ni la banque commerciale qui a fourni le crédit. Il a cependant déclaré au Reporter que la société prévoyait de reprendre ses activités dans moins de six mois. “Nous avons commandé l’importation de produits chimiques et de pièces détachées. En attente de ces dernières, qui nous retiennent”, a expliqué Tesfatsion. Le directeur général a également révélé qu’Ezana Mining a renouvelé ses permis de production et d’exportation. “Nous en discutons avec la NBE et le ministère des Mines”, a-t-il indiqué. Les régulateurs et les responsables des Mines n’ont pas encore fixé de volume d’or attendu de la part d’Ezana. Cependant, Tesfatsion estime que la production pourrait ne pas atteindre les niveaux d’avant-guerre en raison du vieillissement des machines et des équipements. “Nous devons attendre de voir ce qui se passera”, a-t-il conclu. Le ministère des Mines s’est fixé pour objectif de générer un demi-milliard de dollars de recettes d’exportation cette année, un chiffre nettement inférieur aux 600 millions de dollars enregistrés en 2021/22. Le rapport du premier trimestre du ministère révèle des recettes de moins de 65 millions de dollars, ce qui suggère un manque à gagner pour l’année. Le ministre des Mines, Habtamu Tegegn, a déclaré devant le Parlement que la Banque centrale a acquis près de 720 kilogrammes d’or auprès des mineurs au cours des trois premiers mois de l’exercice financier. C’est moins de la moitié du volume espéré par les responsables gouvernementaux. Ezana Mining a été créée en 1994 en tant que filiale d’EFFORT. La société s’occupe de l’exploration et de la production d’or, ainsi que d’autres métaux, et a déjà collaboré avec des entreprises minières canadiennes, chinoises et américaines.