Tragédie au Sud-Darfour: deux morts dans les raids aériens nocturnes sur la capitale

Deux personnes ont été tuées à Nyala​ à‌ la suite de bombardements aériens dévastateurs menés par l’armée de l’air soudanaise. La violence persistante au ⁣Sud-Darfour a de nouveau frappé la ville de Nyala mercredi ‌soir, alors que l’armée⁤ de l’air soudanaise a largué‌ des bombes barils. Ces attaques ont⁢ causé la mort de deux⁤ personnes et blessé quatre autres. Ce n’est ⁣que la ‌dernière attaque‌ en date depuis que les forces de soutien rapide (FSR) ⁣ont pris le contrôle‍ de⁢ la⁣ ville⁣ en octobre dernier.

Selon les témoignages recueillis par ‌Radio Dabanga, ​les frappes ‍aériennes ont ​touché plusieurs ⁢quartiers de la ville, causant ​des dégâts considérables.​ Un résident ‌du‌ quartier de Teksas a ⁢rapporté avoir vu ‌un avion‍ de guerre survoler la‍ ville et larguer sept bombes barils. Deux ‍d’entre⁢ elles ont⁢ atterri près du musée ‍de‍ Nyala, tandis que les deux autres​ ont touché le commandement des Forces armées soudanaises et​ le centre-ville. L’avion a ensuite poursuivi‍ sa ⁤trajectoire,⁣ larguant deux ‌autres bombes.

Face à‍ ces attaques, les FSR ont réagi en ⁤tirant des missiles ⁢anti-aériens​ sur l’avion de guerre qui a pris feu et s’est écrasé. ⁢Cependant,‌ les autorités n’ont⁣ pas encore ⁣communiqué ⁤sur les détails de l’accident. Le groupe militaire a fermement condamné ⁢ces⁤ bombardements,‌ les qualifiant de “délibérés” et visant à semer le chaos et à causer des victimes civiles.

Des vidéos publiées par ‌des militants ‌sur les réseaux‍ sociaux montrent ⁤la destruction ‍de bâtiments résidentiels, d’écoles et ⁣d’hôpitaux. ⁤Face à ⁣ces ⁣violences récurrentes, la ‌communauté locale est sous le choc et s’interroge‌ sur les objectifs de l’armée de l’air.

Selon un chef de communauté, l’armée de l’air soudanaise cible sciemment ​les civils plutôt que les forces de sécurité. Il évoque un manque de professionnalisme et d’objectivité de la part de l’armée, qui‌ semble vouloir ⁣se venger des civils⁣ qui soutiennent⁢ les FSR. De son ⁢côté, un expert militaire en retraite ⁣a ⁢noté que l’armée de l’air​ n’est intervenue qu’après ⁤le ​départ de nombreux habitants ⁣de Nyala, et s’interroge​ sur la raison ⁤pour laquelle elle cible maintenant‌ les zones⁢ civiles.

Depuis qu’une guerre‌ a éclaté entre les FAS et les FSR en avril, la ville a ​régulièrement été‍ le théâtre de violents affrontements pour le contrôle de cette zone stratégiquement et⁢ économiquement importante. La communauté internationale s’inquiète ‍de cette⁤ escalade de violence,⁢ qui a⁤ déjà causé la mort de‌ nombreux‍ civils et le déplacement​ de populations. La solution⁢ à ce conflit semble encore lointaine, et les​ habitants de Nyala sont confrontés à une situation précaire et dangereuse.