Rwanda: Découvrez le fonctionnement de Timbuktoo, le fonds d’innovation de 1 milliard de dollars soutenu par le PNUD

Fonds d’innovation Timbuktoo pour⁢ l’Afrique : Investir dans ⁤l’avenir des ​startups africaines

Imaginez un monde où les⁢ startups africaines ⁢disposent ‌des ressources et du soutien ‌dont elles⁣ ont besoin pour prospérer et réussir à l’échelle mondiale. Ce ⁢rêve est en train ⁢de devenir réalité avec le lancement ‌de Timbuktoo, ‌une ⁤initiative qui vise à investir 1 milliard de dollars sur‌ 10 ans ‌dans 1000 startups technologiques à travers l’Afrique.

Ce projet⁣ pionnier, mené‍ par le Programme ​des Nations unies pour ⁤le développement (PNUD),‍ le Rwanda et sept autres‍ pays africains, change la ​donne pour l’écosystème des startups⁢ du continent. Avec pour slogan “Permettre l’innovation”, le Timbuktoo Africa Innovation Fund est en passe de devenir le plus grand fonds de start-ups ​d’Afrique.

Mais⁤ qu’est-ce qui⁢ rend cette initiative vraiment unique ? Tout ⁢d’abord, elle engagera​ des capitaux tolérants au risque à hauteur de 350 millions de dollars pour attirer 650 millions de dollars⁢ supplémentaires de la part d’investisseurs privés.​ Cela signifie qu’un plus grand nombre ⁢d’entreprises en phase de démarrage auront accès‌ au financement dont elles ont besoin pour se développer et faire évoluer leurs ⁢activités.

“Nous voulons ⁣rendre le capital de départ plus ⁢attrayant​ et‍ plus‌ risqué, car⁤ le capital-risque en ⁢Afrique doit‍ prendre plus de‌ risques”, ⁢ explique Eleni Gabre-Madhin, responsable en chef de l’innovation au ⁢PNUD Afrique.

Timbuktoo ​financera des accélérateurs et ‍des ‍créateurs de startups à hauteur⁢ de 350⁤ millions de dollars, et investira également jusqu’à ⁣800 millions de dollars dans des sociétés de capital-risque à travers huit pays africains, en collaboration avec des partenaires⁣ privés.‍ Cette information n’avait pas ​été communiquée auparavant, ​ce qui rend l’approche de⁤ Timbuktoo⁢ encore plus ⁣innovante.

Le fonds se concentrera sur les ⁣investissements ‌de pré-amorçage, d’amorçage et de pré-série A, avec un accent particulier sur ​le financement par actions ⁢des start-ups. Les secteurs ciblés par‌ Timbuktoo comprennent le tourisme et l’hôtellerie‍ à Casablanca, les⁤ technologies de l’information et de la communication ‍à Dakar, la fintech‌ à Lagos, l’agritech à Accra, les industries créatives au Cap, les technologies⁢ vertes à ⁢Nairobi, les⁤ technologies de la ‍santé à Kigali, ⁤et le commerce, la logistique et l’e-commerce‌ au Caire.

Timbuktoo travaillera également avec ⁢les universités⁣ locales⁣ pour soutenir les entreprises technologiques. Il convient⁢ de noter que les⁤ banques de développement étrangères jouent un rôle important dans‍ le capital-risque reçu par les⁤ jeunes entreprises africaines. Des institutions comme la ⁣Société financière ‌internationale‌ et la Banque européenne d’investissement ont‌ soutenu des gestionnaires de fonds émergents⁤ en Afrique, tels que Ventures Platforms et Atlantica Ventures. En fait, Boost Africa, un mécanisme⁣ de capital-risque géré⁣ par‍ la​ Banque européenne​ d’investissement, est actuellement en pourparlers avec l’Union européenne au sujet d’un nouveau mécanisme de‍ 159⁢ millions⁤ d’euros, selon Déborah Vouche, responsable des investissements en capital-risque à la banque.

L’essor de Kigali ⁤en tant que centre ​financier

Le Fonds d’innovation ⁤Timbuktoo⁣ Africa⁣ sera basé au Rwanda, ce qui constitue un‍ avantage pour le centre financier du pays, Kigali. Établi en​ 2020, le centre financier international de Kigali (KIFC) se classe troisième en⁤ Afrique, juste derrière⁢ Casablanca au Maroc et ⁣l’île Maurice, ⁤selon le ‌dernier‌ Global Financial Centers ‌Index.

Lors du lancement du fonds mardi à Davos,​ le⁤ président ⁤rwandais Paul Kagame s’est engagé à verser 3 ​millions de ⁤dollars au fonds, ce​ qui‍ en fait le premier engagement public.⁣ Jean Marie Kananura, directeur des investissements chez Rwanda Finance ⁢Limited, la société ⁢mère du KIFC,‌ estime⁣ que‌ la décision de​ domicilier le Timbuktoo Africa Innovation Fund à Kigali réaffirme ​l’attrait du pays en⁤ tant que centre ​financier international.

Il n’est pas⁤ surprenant que des entreprises⁣ fintech de premier plan telles que⁣ Flutterwave, Chippercash et Onafriq aient déjà établi des bureaux à Kigali,‍ avec l’intention de faire de la ville leur centre de⁤ paiement ​pour l’Afrique de l’Est.

Avec le lancement de Timbuktoo, les‍ startups africaines peuvent enfin exploiter pleinement le potentiel de l’écosystème technologique​ en pleine croissance du continent. Grâce à des investissements ciblés,⁤ Timbuktoo facilitera la croissance de ces startups, les rendant compétitives ‌au niveau mondial tout en créant‍ des ‌opportunités d’emploi et en stimulant la ⁢croissance économique en‍ Afrique.