CEDEAO et l’ONU condamnent la violence en Guinée Bissau

La CEDEAO a publié ⁢une⁤ déclaration demandant‌ « l’arrestation et le procès des responsables de cet incident » et dénonçant « toute tentative visant à porter atteinte à l’État de droit⁢ et à l’ordre constitutionnel ».

Suleimane⁤ Seide, ministre de l’Économie et des Finances, et Antonio Monteiro, secrétaire ‌d’État au Trésor, ont tous deux été libérés de prison par des membres de la Garde nationale.

L’action de l’ONU a consisté à appeler au respect de la loi et⁢ à exhorter les forces armées et la⁢ sécurité nationale à « s’abstenir de toute ingérence dans⁣ la politique nationale ».

Des affrontements ont éclaté tôt vendredi matin. Les deux ministres ont ensuite été arrêtés et Victor Na Tchongo, le commandant ayant lancé l’attaque, a été arrêté par les forces armées.

Le président et le chef d’état-major des forces armées du pays n’étaient pas présents lorsque les affrontements ont ⁢eu ‍lieu.