Réapprovisionnement en carburant : Paul Biya replace la CSPH au premier plan

Le président de la République donne des instructions claires pour remédier aux difficultés d’approvisionnement​ en carburant au Paul Biya Récompense Francis Ngannou avec la Médaille de l'Ordre de la Valeur: Détails et Images”>Cameroun. Paul Biya demande au ministre de l’Eau et de l’Energie⁤ de libéraliser‌ les importations et‍ de⁣ réhabiliter la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures pour gérer l’attribution des quotas ​aux importateurs majeurs.

Cela marque un tournant dans la gestion des importations, qui⁤ jusqu’à présent relevait du Minee. Le manque de carburant au Cameroun est devenu un problème majeur,​ comme l’a récemment illustré la pénurie de super qui a touché le pays.

Face à cette urgence,⁤ le président Biya a donné des instructions fermes pour améliorer la situation. Ainsi, il a demandé au​ Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, de libéraliser ⁢les​ importations des produits pétroliers et de réhabiliter la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures, responsable de coordonner l’attribution des⁤ quotas aux importateurs majeurs du secteur. Auparavant, cette tâche incombait au Minee.

Cette nouvelle approche permettra aux entreprises d’acquérir directement les produits pétroliers auprès de leurs ⁤fournisseurs de ‌choix,‌ tout en respectant les prix⁤ homologués par⁤ le gouvernement. Le contrôle qualité des produits importés sera effectué par la société HYDRAC et la Sonara sera chargée de confirmer les analyses réalisées. Le rôle du‌ Minee sera désormais limité à celui d’un ‌acteur clé du processus en tant que tutelle technique.

Il est⁢ important de⁣ souligner que le Cameroun compte actuellement trois principaux traders pour la ‍fourniture de produits pétroliers : ⁢Totsa pour le gasoil, Mocoh pour le super et Sahara Energy pour le jet. Toutefois, depuis 2019, un mécanisme d’appel d’offres⁤ est en place ⁤pour sélectionner ces fournisseurs, avec la participation de divers acteurs indépendants tels que ​la Conac, l’Armp et le Minmap. Ce processus est considéré comme l’option la⁢ plus compétitive en Afrique subsaharienne, ⁣avec la participation de ‌représentants du ministère​ des Finances, du‌ ministère de la Défense ‍et d’autres institutions‌ clés.

La libéralisation des ⁤importations et la réhabilitation‌ de la Csph promettent d’apporter une plus‍ grande transparence et une meilleure⁤ gestion des importations ​de produits pétroliers au⁣ Cameroun. Avec l’implication de⁤ plusieurs acteurs indépendants dans le‍ processus d’attribution des quotas, cela​ pourrait également contribuer ‍à prévenir toute forme de corruption. Reste à voir​ comment ⁣cette nouvelle approche va se concrétiser et améliorer l’approvisionnement en carburant dans le pays.