Adhésion de quatre pays du Sahel : Accès à l’Atlantique grâce à une initiative prometteuse

L’océan Atlantique, une frontière maritime source de développement pour les pays du Sahel :⁣ le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad. Réunis à Marrakech le⁣ 23 décembre dernier, les ministres de ces quatre pays ont exprimé leur⁢ adhésion ​à l’Initiative Internationale visant à favoriser l’accès ⁤des États du ⁤Sahel à l’océan ⁤Atlantique.

Une belle ​initiative qui offre de grandes opportunités ⁣pour la transformation⁣ économique de l’ensemble ‌de la région.⁢ Le Maroc, pays⁢ hôte de la‍ réunion et l’un des acteurs clés de l’Initiative, a rappelé ⁢l’importance stratégique de ce projet. ‌L’Initiative permettra en effet une accélération de la connectivité régionale et des flux commerciaux, contribuant ainsi à la prospérité partagée dans la région ⁤du Sahel.

Pour concrétiser cette Initiative, les ministres ont convenu de former une Task​ Force⁤ nationale dans ​chaque ‌pays, chargée de ⁢préparer et de proposer ‌les modalités ‌de son opérationnalisation. Une preuve ‌de l’engagement fort des​ pays du Sahel⁤ dans cette démarche ⁣de développement et ⁢de coopération.

Le chef⁣ de la diplomatie burkinabè, Karamoko Jean Marie Traoré, a ainsi eu l’occasion ‌de s’entretenir ⁢avec son homologue marocain, le‌ ministre‌ des Affaires étrangères Nasser Boutrita, pour discuter de⁢ la mise en place de cette ⁣Task Force et ⁣de la collaboration entre‌ les deux pays dans le cadre ‍de l’Initiative. Les ministres malien, Abdoulaye Diop, et nigérien, Bakary Yaou Sangaré, ont également eu des entretiens avec M. Boutrita, montrant ⁢ainsi la volonté commune de ces pays d’avancer vers un avenir meilleur.

Rappelons que c’est le roi du Maroc‌ qui a lancé l’Initiative internationale le ⁤6​ novembre ⁤dernier, proposant ainsi une solution à ‍long ⁤terme pour les problèmes auxquels sont confrontés les États frères du ⁤Sahel. Pour lui, la solution ne peut ‍être uniquement sécuritaire ou militaire, mais doit plutôt⁢ être basée sur une approche de coopération et de développement commun.

C’est pourquoi le ​Maroc est prêt ​à‌ mettre à disposition son infrastructure pour soutenir le développement de ces pays, que ce soit par ‍la⁢ mise en place d’infrastructures routières, portuaires ou ferroviaires, ou encore par l’interconnexion des réseaux ​de transport et de communication régionaux. Une contribution essentielle pour faire aboutir cette Initiative et permettre aux pays du ⁣Sahel de s’épanouir.