Colère du secteur privé contre la Chambre de Commerce d’Addis pour une représentation insuffisante | Dernières nouvelles éthiopiennes

Les membres de la Chambre de Commerce et ‌des Associations Sectorielles d’Addis-Abeba (AACCSA) sont frustrés par l’échec de l’organisation à ‍résoudre les obstacles croissants qui hantent le secteur privé. Lors de son​ assemblée‌ générale à ⁣l’Inter Luxury Hotel le 21 décembre, le leadership de‍ la Chambre, y compris le secrétaire général Sileshi Betemariam, a été confronté à des questions difficiles.

Sileshi et‌ son ‍équipe de direction ont présenté leur rapport annuel⁢ lors de l’assemblée, axé sur les états financiers et les activités⁣ de ‍la Chambre. ⁢Ses finances sont relativement saines, à l’exception d’une‌ augmentation de 9,6 millions de ⁤birr ‌des coûts de salaires et d’avantages sociaux pour les employés.

Cependant, lorsque les‍ membres de ‍l’AACCSA‍ ont eu l’occasion de s’adresser​ à l’assemblée, ils⁢ ont exprimé ‌leur préoccupation que ⁣la réunion se concentre sur les objectifs fondamentaux de la Chambre plutôt que sur ses performances financières.⁢ “Les⁢ objectifs fondamentaux de la Chambre consistent à représenter le secteur privé et⁣ à⁣ servir de pont entre le gouvernement ‍et le secteur privé. Le​ rapport ne mentionne aucun progrès à cet égard”, a déclaré Adane, membre⁢ de l’AACCSA.

Il a critiqué le ⁢leadership de la Chambre pour ne pas avoir pris en compte les plaintes des membres et des dirigeants ‍d’entreprises. “L’ensemble du secteur privé est confronté aux mêmes problèmes. La Chambre doit représenter le⁢ secteur privé avec diligence. Elle ‍doit ⁤se battre pour trouver une solution aux problèmes auxquels‍ le secteur privé est confronté”, ‌a-t-il ⁤déclaré.

Parmi les⁤ principales plaintes ​figurent la prolifération de la corruption ​à tous⁣ les niveaux des institutions publiques. “La corruption est devenue⁣ la règle ​générale. ⁤La Chambre ne lutte ​pas contre cela. Il est difficile de dire qu’il y a même une Chambre”, a-t-il déploré. Les‍ membres ont⁢ dénoncé ce qu’ils considèrent comme des pressions fiscales injustes sur les ⁣entreprises privées.⁢ “Les autorités ⁤fiscales ne ⁢sont pas adaptées à l’environnement ‍des affaires du 21ème siècle”, a déclaré Bekele Tsegaye, directeur général de Bekas ⁢Chemicals Plc.

Les défis financiers, ‌tels que l’accès au crédit et les réglementations strictes ⁢de la banque centrale, ont ⁢également été soulevés lors de ⁤l’assemblée. Eyassu Dagnew, directeur‌ de Marvelous⁤ Ethiopia ‌Tour Plc et membre de l’AACCSA, est l’un de ceux qui ont ‌du mal​ à accéder au financement. Il a déclaré au Reporter qu’il se plaint depuis des années auprès de la Chambre pour trouver une ​solution aux problèmes rencontrés auprès des banques commerciales. “Il n’y a pas d’accès au financement. ​Les banques, y ⁤compris la banque centrale, choisissent ‍sélectivement entre les entreprises”, a-t-il‌ déploré.

D’autres personnes présentes à l’assemblée⁤ ont accusé la Chambre de ne ⁣pas avoir‍ contesté le gouvernement sur des lois récemment introduites et controversées telles que l’impôt ⁣foncier, ‍l’impôt sur ⁢les murs et les toits, la taxation des dividendes et plusieurs autres pressions sur le secteur privé. Les membres ont averti que la Chambre n’a ⁢eu que très peu à dire dans ‍l’élaboration de sa propre loi d’établissement, qui est en cours de rédaction par des⁤ experts au ministère du Commerce. Le projet de loi‍ devrait être⁣ ratifié dans⁣ un proche avenir. Il⁣ est en retard, mais les membres de la Chambre craignent‍ qu’il ne⁤ tienne pas compte des intérêts du secteur⁤ privé.

Le leadership de​ la Chambre​ a rapidement rassuré les membres. ⁢”Nous menons des études ⁤et les ⁣présentons au gouvernement”,​ a déclaré Mesenbet ⁤Shenkute, ​président de l’AACCSA. La ​direction a reçu un terrain de la part de l’Administration de la ⁢Ville d’Addis-Abeba, où ⁢elle prévoit‍ d’ériger son siège social. La Chambre d’Addis-Abeba est actuellement‌ installée dans ⁣des installations fournies par la Chambre éthiopienne de Commerce et des Associations Sectorielles.

Le terrain précédemment ‌attribué à l’AACCSA a été récupéré par l’Administration, avant que la⁢ Chambre ne se voit accorder un​ terrain de 3 000 mètres ‍carrés près du ​parc des TIC en​ périphérie de la​ capitale, selon Mesenbet. La Chambre mène toujours⁢ des études pour déterminer le coût de ​la construction du siège, estimé‌ à plusieurs milliards de birr.

Les membres de la Chambre ont déposé une demande pour participer au financement ‍du siège​ par⁤ le biais ​de capitaux et d’actions. Mesenbet ​a déclaré que la direction examinerait la faisabilité d’un tel arrangement.

La Chambre a également obtenu le feu ​vert⁣ de l’Administration ‍de la Ville⁢ pour co-développer le Centre d’Exposition d’Addis-Abeba situé à côté ‍de la place ‍Meskel. Le Centre, propriété de l’Administration, était auparavant sous ⁤la direction‌ de la ⁤Chambre. “Maintenant, ‌nous sommes autorisés à co-développer le Centre et à l’utiliser. C’est une grande étape. Bientôt, nous allons ⁢moderniser le Centre à des standards internationaux”, ⁣a déclaré Mesenbet.

Le travail⁢ sur un ‌autre‍ grand lieu‍ d’exposition est en cours dans la capitale, au Centre de Convention d’Addis-Afrique, près de la place CMC. La Chambre détient une participation de 10 millions de birr dans le projet, aux côtés de l’Administration de la Ville et d’autres investisseurs ⁢institutionnels.