Mesure choc à la frontière camerounaise pour stopper la contrebande avec le Nigeria

Depuis ‌des années, le Cameroun lutte contre​ la fraude⁤ douanière ‍et la contrebande à sa frontière avec le Nigeria. Mais aujourd’hui, les autorités ont ⁤décidé de renforcer‍ leur action en s’alliant pour mieux lutter contre ce fléau. Grâce‍ à ⁤des ​accords mutuels, des centres de négoce seront bientôt ‌mis‍ en place dans les ​communes de Mora, Kolofata, Fotokol et Bourha, situées dans la région de l’Extrême-Nord et frontalières du Nigeria.

Ces accords ont ⁤un but clair : mettre fin au commerce illicite et frauduleux en facilitant‍ les échanges d’informations‍ et de ​renseignements sur les circuits‌ d’importation et d’exportation des produits. Un effort commun qui permettra⁢ de renforcer ​la sécurité aux ⁣frontières et ⁢de ⁢mettre un terme à la⁣ menace terroriste qui s’y ​trouve​ toujours présente.

Mais⁤ quels seront les rôles et les responsabilités des mairies camerounaises⁤ dans ces centres de ​négoce ? En plus de la construction et de⁤ l’aménagement des locaux, ​elles devront assister l’administration douanière dans ses activités. En collaboration avec les forces de⁤ sécurité, elles seront également chargées de la surveillance et de​ la‌ sécurité des marchandises à l’intérieur et aux alentours des centres.⁣ Un véritable partenariat⁢ qui exigera ⁤une étroite collaboration entre les différentes parties en ‍vue d’atteindre un objectif commun :‌ mettre un terme à la contrebande.

Du côté de ⁢la Douane camerounaise, un engagement sans faille a été‌ pris pour soutenir les communes dans la construction ‌et l’aménagement des ‌centres de négoce. Une aide ⁢précieuse pour ⁤garantir un bon fonctionnement des ‍opérations, ainsi que pour faciliter l’import-export⁣ des ⁣marchandises. En outre, des sessions de formation sur la fiscalité douanière seront organisées pour les collectivités⁣ territoriales concernées. Un partenariat équitable et solide qui promet de porter ses fruits efficacement.

D’ailleurs, la mise ‌en place de ces centres ne se limite pas seulement​ à la lutte⁤ contre la fraude et la contrebande. Cela va également contribuer à la création d’emplois directs et indirects‌ pour la jeunesse des communes concernées. Une ​opportunité‌ pour les‌ jeunes de se concentrer sur un travail légal et lucratif plutôt‌ que de ⁢tomber dans les activités illicites.

Il ‌est‍ temps que le Cameroun prenne des mesures drastiques pour assainir sa frontière avec le ​Nigeria et mettre fin à la fraude​ et à la contrebande. Ces centres⁢ de ‍négoce seront donc une​ arme supplémentaire pour lutter contre ces fléaux et⁣ garantir la sécurité et la prospérité de ​la région de ‌l’Extrême-Nord.