La déstabilisation des institutions : l’UPC dénonce l’affaire du drapeau camerounais

Le peuple camerounais a été scandalisé par ‍l’incident qui a eu lieu sur la chaine de télévision internationale TV5 Monde. Au cours de l’émission “64′ LE MONDE ⁤EN FRANÇAIS” diffusée le 23 janvier dernier, le drapeau ⁤du Cameroun a été présenté avec des couleurs inhabituelles : du bleu ​et du blanc,⁣ qui ne font pas ⁢partie⁣ des couleurs officielles du pays. De plus, ⁣le ‍drapeau représentait l’Etat virtuel de l’Ambazonie, revendiqué par ⁣les séparatistes‌ qui sèment ⁢la terreur dans les régions ‌du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Cet incident a provoqué⁤ l’indignation des ⁢Camerounais, qui ont​ exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux et dans l’espace public. Le parti historique, l’Union des populations du Cameroun (UPC), n’a ​pas pu rester silencieux face à cette⁣ situation. Dans​ un communiqué signé par ‌son secrétaire⁤ général, Robert Bapooh Lipot, l’UPC a ​dénoncé toutes les stratégies visant⁤ à déstabiliser⁤ le Cameroun et ses institutions.

Il est ⁤inacceptable que le ‌drapeau d’un Etat fictif soit présenté ​à la place du drapeau officiel du Cameroun, dans un contexte déjà marqué par la résistance des ​séparatistes aux forces de défense et de sécurité du pays. Pour l’UPC, il s’agit clairement d’une tentative de promotion de la sécession, allant à l’encontre des efforts de l’Etat du Cameroun pour maintenir ⁢l’unité du‌ pays. “La promotion ‍d’emblèmes non reconnus par la ⁢Constitution du Cameroun alimente la⁢ planification de la‌ partition de notre pays”, déclare le communiqué.

Cette situation est d’autant plus inquiétante que les grandes puissances et l’Occident⁢ prétendent ​soutenir le Cameroun dans sa lutte contre les séparatistes, mais peu d’entre eux s’engagent réellement. Les donneurs d’ordre continuent de ⁢vaquer librement à leurs occupations dans ces pays. ​Même la France, pays qui abrite TV5 Monde, se distance de ce genre de pratiques en ⁢n’accueillant aucun leader sécessionniste sur son sol. Cependant, l’incident du 23 janvier est un rappel pour rester vigilant.

L’ambassadeur⁤ du Cameroun en France a dénoncé cet acte, et la directrice de TV5 Monde, Denise Epote, a présenté ses excuses en rejetant la responsabilité sur ‍un stagiaire. Mais pour le peuple camerounais, et‌ surtout pour le parti historique qui a lutté pour l’indépendance du pays, cet incident est lourd de sens et ne‌ peut être pris à la légère.⁣ L’UPC et le peuple camerounais ⁤restent vigilants face à toute tentative de déstabilisation de leur pays bien-aimé.