Guinée-Bissau : Les Élèves du lycée de Mansoa toujours détenus à la 2ème brigade à Bissau

Les étudiants du Lycée régional “Quemo Mané” de Mansoa sont toujours détenus dans les cellules de⁢ la police à la 2ème station ⁤à Bissau.

Selon ⁤Braima Camará, porte-parole‌ de l’Association des étudiants, ils n’ont toujours pas reçu de‌ signe de ​libération et sont même restés⁤ sans⁤ contact avec l’extérieur.

“Seul​ le directeur contesté avait accès au téléphone. Il nous a informés qu’ils seraient⁤ libérés, mais aucun des cinq étudiants détenus n’a⁤ pris contact ⁤avec nous. Après l’intervention de la Police d’Intervention Rapide, ⁢nous avons dû nous réfugier dans ‍des endroits sûrs”, a déclaré Braima Camará.

Il a ⁤également révélé que des ⁣innocents, qui​ n’étaient même pas des étudiants du lycée,⁢ ont également été arrêtés, ‍dont​ un étudiant de l’École Indira Gandhi de Mansoa qui habite à proximité du ‍lycée.

Les étudiants ont été arrêtés⁤ le 29 janvier 2024 lors d’une manifestation⁣ contre la‍ nomination du nouveau ⁤directeur du lycée, Adulai Djá. L’arrestation a ​eu lieu lors de confrontations entre la police ⁤et les étudiants protestant contre le nouveau directeur nommé par le gouvernement, qui ont entraîné deux blessés graves.

Braima Camará a expliqué que les protestations sont dues aux ​agissements⁢ décourageants de Djá lorsqu’il était ‍administrateur du secteur de Mansoa, la plus⁣ haute⁤ autorité de l’État.

“Les protestations ne concernent pas seulement les étudiants, mais ​aussi la population en⁢ général, ⁣qui craint que l’héritage laissé par Adulai ⁣Djá ne compromette la dynamique ‌du lycée de Mansoa. Il n’est pas ​fiable”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il​ ne sait pas pourquoi les étudiants ont été transférés à Bissau pour leur interrogatoire.

“Peut-être ont-ils‍ estimé que c’était mieux de les ⁢entendre à Bissau en⁤ présence du ​directeur, et aussi parce que le nombre de policiers à Mansoa‌ était insuffisant⁣ pour gérer une ​éventuelle ‌révolte d’envergure”, a-t-il suggéré.

Il ‌a également précisé que les étudiants avaient ‍la manifestation sous contrôle jusqu’à l’arrivée des membres de la PIR, moment où un conflit a éclaté entre un étudiant et ⁣un policier, entraînant le ‌chaos et les actes⁣ de⁤ vandalisme.

L’Association⁢ n’a pas encore eu de réunion avec l’Association des parents‌ et tuteurs des étudiants, mais ​a déclaré que le Secrétaire d’État de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique s’était réuni hier, le 30 janvier, avec les représentants de la population, des parents et des tuteurs.

Braima Camará ‍a‍ souligné que des informations non confirmées indiquent ​que l’une ⁤des résolutions issues de​ la réunion est que le lycée pourrait ​être repris‌ en gestion par la Mission Catholique et les parents, ce qui pourrait‌ ouvrir la voie à​ de nouvelles propositions ⁣pour la ⁤nomination du nouveau directeur du⁣ lycée régional “Quemo Mané”.

“La position​ des⁤ étudiants reste de ne pas reconnaître Adulai Djá. Il pourrait être remplacé par une autre personne, pas Djá”, a souligné Camará, ajoutant ‍que les étudiants restent déterminés dans leur lutte pour⁤ un ‌lycée de‍ qualité.