Soudan : Trois entreprises sanctionnées par les Etats-Unis pour leur implication dans le financement des conflits

Les États-Unis ont pris des mesures contre trois entités soudanaises qui jouent‍ un rôle clé dans le conflit en cours ‌dans ‍le pays. Ces entités, à savoir Alkhaleej Bank Co Ltd, Zadna International ⁢Co for Development Ltd et Al-Fakher​ Advanced Works Co. Ltd., ‌ont été ‍identifiées par⁢ l’Office of Foreign Assets‍ Control (OFAC) ​du département américain du Trésor pour leur soutien financier aux parties impliquées dans le conflit ⁢soudanais.

– Alkhaleej Bank Co ⁤Ltd ⁤est contrôlée par les redoutées⁤ Forces de soutien rapide ⁣(FSR), un groupe militaire qui est également impliqué dans le conflit. Selon les⁣ informations, la ​banque a reçu 50 millions de⁢ dollars⁣ de la Banque⁣ centrale du Soudan peu avant le début ⁢du conflit actuel.
– ⁢Zadna International Co ‌for Development Ltd est une filiale connue pour être liée aux Forces armées soudanaises (FAS) et est accusée d’utiliser ⁤ses finances pour ‍subvenir aux besoins des opérations de​ l’armée et pour échapper ⁢à la ⁢surveillance civile.
– Al-Fakher Advanced Works Co.‌ Ltd est une société holding créée par les dirigeants du⁤ groupe⁢ FSR, qui aurait utilisé les exportations d’or⁣ pour financer l’achat d’armes.

Ces allégations, combinées à leur implication dans ⁢le conflit‍ armé, ont conduit à leur inscription sur la liste des entités sanctionnées par les États-Unis. Les sanctions ont pour ⁣objectif de perturber les réseaux financiers qui alimentent le ⁢conflit au Soudan et de faire pression sur‍ les FSR et les FAS pour ⁣qu’ils mettent fin aux‍ hostilités et s’engagent dans une ‍transition ‍politique pacifique.

En effet, les sanctions gèleront tous les ‍actifs et intérêts des ⁤entités désignées qui se ⁣trouvent aux⁤ États-Unis ou qui sont détenus ou contrôlés par‌ des ressortissants américains. Le⁤ gouvernement américain a vivement‍ condamné la violence au Soudan et exhorte les ⁣dirigeants du ​pays à trouver une solution pacifique à la crise.

Ces ‌sanctions sont les dernières en date ⁣d’une série de mesures prises par‍ les États-Unis⁣ pour ⁣faire‌ pression sur toutes les parties impliquées‌ dans le ⁢conflit.⁤ L’OFAC,‌ en​ tant ⁣que partie intégrante du département du Trésor des États-Unis, prend régulièrement ⁤des mesures‌ à ⁢l’encontre d’entités et de personnes soudanaises pour leur rôle ‌dans la déstabilisation de la⁢ paix et de la stabilité dans le pays.

Au cours⁤ des dernières années, l’OFAC a imposé des sanctions à un certain nombre d’entités connectées ​aux FAS ​et aux FSR, notamment :

– Le ​1er ⁣juin 2023 : Quatre sociétés ‌ont été ciblées ⁣par l’OFAC pour avoir profité financièrement du conflit ⁢et y avoir contribué. Parmi les entités ⁢désignées figurent Al Junaid Multi Activities Co ⁣Ltd et Tradive General Trading L.L.C.,​ associées aux FSR, tandis que⁤ Defense Industries System ⁢et ⁤Sudan Master Technology sont liées à l’armée⁣ soudanaise.
-⁣ Le 6 septembre 2023, les États-Unis ont pris des mesures contre le commandant adjoint des FSR, Abdel-Rahim Hamdan ⁢Daglo, en raison ⁣des actes de violence​ et des violations des ‍droits de l’homme commis par ses troupes pendant ⁣le conflit avec les FAS.
– Le ⁤28 septembre, l’OFAC a ciblé Ali Karti, membre du Mouvement‍ islamique soudanais, ainsi que ‍deux entreprises ⁣: GSK⁢ Advance Company‍ Ltd et Aviatrade ⁤LLC, pour leur rôle dans la‍ déstabilisation de la paix,⁣ de ⁤la sécurité et de la stabilité au Soudan.

Les États-Unis continueront à⁤ prendre des mesures pour ​faire pression sur toutes‌ les entités et personnes qui contribuent à ‍la perpétuation du conflit au Soudan. Les sanctions constituent⁢ une part importante ⁤de‍ cette stratégie et ⁣visent⁣ à perturber les ressources financières nécessaires pour ⁤soutenir les hostilités, ainsi qu’à⁣ encourager ⁣une solution pacifique au conflit.