Elle m’a refusé ça pendant 3 ans mais l’a donné à quelqu’un d’autre en 4 mois, Ekié !!!!

Agyeiwaa avait⁤ vingt-deux ans lorsque notre histoire d’amour a ⁢commencé. Elle⁤ était⁣ jeune et belle,‌ avec une certaine grâce dans ses mouvements. Moi ‌aussi, j’étais jeune, mais pas aussi innocent. ‌

Je venais de commencer à travailler et à vivre seul, et elle venait souvent chez moi pour décorer ma chambre. Avec délicatesse, elle disposait les objets décoratifs et ajoutait une touche de charme à mon humble demeure. Elle avait à peine vingt-deux ans, mais elle avait le sens de l’organisation que j’appréciais chez une femme. Audacieuse et fière, elle ne se laissait pas facilement dominer.

Dès le début de notre relation, je voulais découvrir tous les aspects de notre amour naissant. Je voulais tout goûter, tout embrasser, tout sauvegarder. Mais chaque fois que j’essayais de m’approcher d’elle, elle m’écartait avec tendresse. Elle n’était pas prête, disait-elle.

Et puis, quelques mois plus tard, sa raison a changé : “Je ne veux pas le faire car je suis encore vierge”. J’ai essayé pendant un an. Mais elle continuait à dire non. J’ai accepté ce qu’elle pouvait me donner et j’ai regardé l’avenir avec espoir car je savais qu’un jour, elle serait ma femme. Nous en parlions souvent, et je n’attendais qu’elle termine ses études et prenne sa vie en main pour sceller notre amour par le mariage.

Mais avant qu’Agyeiwaa ne puisse finir ses études, j’ai été muté dans une autre ville pour mon travail et j’ai dû partir. Mais notre relation n’a pas pris fin pour autant. Nous avons continué à vivre notre amour à distance. Je faisais de mon mieux pour être un petit ami aimant malgré la distance, tandis qu’elle attendait un avenir meilleur à mes côtés. Elle venait me voir une ou deux fois par mois, et dès que j’en avais l’occasion, je me rendais à son école pour la retrouver.

Les choses ont commencé à changer lorsqu’elle est entrée en dernière année d’études. Je ne peux pas dire que la faute était entièrement de son côté. Peut-être que nous avons tous les deux cessé d’essayer.

Je ne sais pas quand j’ai arrêté de l’appeler ou quand elle a arrêté de m’envoyer des messages. Les jours ont passé lentement et notre relation s’est lentement éteinte. Je me souviens de la dernière conversation que nous avons eue. Je lui ai demandé ce qui n’allait pas. Sa réponse était simple :

“Tu as arrêté d’essayer et j’ai arrêté de me battre. La distance a été notre problème.”

Et un jour, nous avons fini par abandonner. Nous avons laissé le temps et l’espace s’immiscer entre nous, détruisant notre relation de trois ans. Quand elle est partie, j’ai cherché quelqu’un d’autre. Mais ça n’a pas marché. Peut-être qu’elle attendait plus de moi, mais elle se plaignait toujours que je ne lui donnais qu’une partie de moi. Pourtant, je lui donnais tout ce que j’avais, je l’aimais de tout mon cœur. Mais elle ne pouvait pas ressentir mon amour. Nos disputes étaient fréquentes et de plus en plus intenses chaque jour. Un jour, elle est partie sans se retourner. Nous étions ensemble pendant un an. Son nom était Gladys.

Après Gladys, il y eut Alberta. Mais cette relation n’a pas duré un an. Elle était trop possessive et pleine d’insécurités. Je ne pouvais même pas parler au téléphone avec ma mère sans qu’elle demande :

Alberta : “C’est elle, ma rivale ?”

Moi : “C’est ma mère ! Qu’est-ce qui te prend ?”

Alberta : “Laisse-moi voir si c’est bien ta mère. Tu penses pouvoir me mentir et t’en tirer ?”

Un jour, je me suis enfui et je n’ai jamais regardé en arrière. Elle a essayé de me faire revenir avec de nombreuses excuses, mais je n’étais pas sûr qu’elle ait surmonté ses insécurités. Je lui ai humblement demandé de laisser tomber.

Puis, un soir, Agyeiwaa a appelé. Cela faisait plus de deux ans que nous ne nous étions pas parlé. Nous nous saluions juste de temps en temps. Mais lorsque j’ai décroché, elle m’a annoncé :

“Figure-toi, je suis en ville. J’ai trouvé un travail ici et je viens de déménager il y a une semaine. Je me suis dit qu’il était temps de t’appeler avant qu’on ne se croise par hasard.”

Le lendemain, je suis allé chez elle pour la voir. Et avant même que j’entre, elle m’a arrêté :

“Enlève tes chaussures. Tu sais que je ne te laisserai pas entrer avec tes chaussures.”

Certaines choses ne changent jamais, c’est bien Agyeiwaa. Nous avons parlé toute la soirée. Puis, quand elle a voulu me raccompagner, nous nous sommes retrouvés au milieu de la route à discuter pendant plus d’une heure. Nous voulions rattraper les années perdues en une seule nuit.

Quand je suis rentré chez moi ce soir-là, je ne pouvais pas arrêter de penser à elle. Je l’avais quittée en tant que fille, et elle était revenue en tant que femme. C’était ce soir-là que j’ai réalisé que je n’avais jamais cessé de l’aimer. J’avais enterré mes sentiments, mais pendant que nous parlions, tout me revenait à l’esprit.

Une semaine plus tard, elle est venue voir mon appartement. Elle s’est immédiatement mise à faire le ménage en entrant. Elle ne réfléchissait pas, elle le faisait simplement. Même pendant que nous parlions, elle cherchait quelque chose à réparer et arranger. Certaines choses ne changent jamais.

Je lui ai dit que je voulais qu’elle fasse à nouveau partie de ma vie. Elle m’a demandé si j’en étais sûr.

“Je suis aussi sûr que le soleil se lèvera demain. Mettons tout ça sur le dos de la distance et recommençons.”

Elle m’a répondu : “Je ne suis plus la même Agyeiwaa. J’ai changé. J’ai grandi et mes démons ont poussé des ailes.”

Je ne comprenais pas vraiment ce qu’elle voulait dire par là. Nous avons tous nos démons, c’est normal. Mais j’ai insisté jusqu’à ce qu’elle accepte de retenter notre relation. Un soir, alors qu’elle était avec moi, elle m’a demandé ce qui m’était arrivé pendant notre séparation. Je lui ai parlé de Gladys et de nos disputes incessantes. Je lui ai parlé d’Alberta et de ses insécurités.

“Ça n’a pas marché parce qu’on était destinés à se retrouver. C’était écrit dans nos étoiles.”

Puis, je lui ai posé la même question et elle n’a pas hésité à me raconter ses aventures.

“J’ai rencontré George. Ça n’a duré que quatre mois. Puis Eric est entré dans ma vie. Il m’a trompée. Et enfin Kobby, un homme très radin. Il a fait réparer mon téléphone puis l’a revendu. Ça a été dur, mais ça a été une autre leçon de vie.”

Nous avions été ensemble pendant plus d’un mois. C’était un mois rempli de moments magiques et d’instants précieux que j’avais cru pouvoir emporter avec moi pour toujours.

Mais je me suis trompé, car certaines choses ne changent jamais. Agyeiwa était différente, elle était spéciale à mes yeux, et je ne voulais pas risquer de la faire fuir en voulant aller trop vite comme la première fois. Alors, je prenais mon temps, respectant ses limites, attendant le bon moment pour lui ouvrir mon cœur.

Mais ce soir-là, alors qu’elle me parlait de ses ex, j’ai senti mes émotions bouillonner en moi et je n’ai pas pu me taire plus longtemps.

“Les hommes agissent souvent de cette manière quand ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent de toi. Ce n’est pas facile d’avoir un homme qui accepte de ne pas être intime avec toi jusqu’au mariage, tu sais…” Ai-je murmuré, essayant de masquer ma peine et ma révolte.

Elle m’a regardé droit dans les yeux, cherchant à comprendre le sens de mes paroles. “George a brisé ma virginité.” a-t-elle avoué, avec une voix tremblante.

Je me suis figé sur place, incapable de croire ce que je venais d’entendre. “George ? Le gars qui n’a pas tenu plus de quatre mois ? Il t’a forcée ?” Mes mots avaient été prononcés avant même que je ne puisse les retenir, témoignant de toute mon indignation et de ma culpabilité.

Agyeiwa : “Non, il ne m’a pas forcé. Je suppose que je l’aimais trop.” m’a-t-elle répondu, baissant la tête.

“Alors tous les autres l’ont fait aussi ?” ai-je demandé, mon cœur se serrant de plus en plus.

Agyeiwa : “Je ne veux pas parler d’eux. C’est du passé. Si tu étais resté, tout cela ne serait pas arrivé.” m’a-t-elle murmuré, les larmes aux yeux.

Je me suis senti floué, trahi, déçu. Pendant trois ans, j’avais respecté ses choix, ses désirs, et pourtant, en moins de quatre mois, quelqu’un d’autre avait réussi là où j’avais échoué. Qu’avait-il fait que je n’avais pas fait ? Je me le demandais encore et encore, sans pouvoir trouver de réponse.

Malgré tout, nous étions encore ensemble, nous en étions à notre quatrième mois. Mais je n’étais pas heureux, je ne ressentais rien pour elle. Si j’avais su ce que je sais maintenant, les choses auraient été différentes. Je suis resté avec elle parce que je ne sais pas comment la laisser partir pour la deuxième fois, ou parce que je crois que je finirai par l’aimer à nouveau un jour. Elle est devenue ordinaire, banale.

Elle essaie de faire de son mieux, de me traiter bien, et elle est toujours pétillante en ma présence. Mais je me mens à moi-même, car je suis celui qui fait semblant. J’essaie de retrouver cet amour que j’avais pour elle avant, mais c’est difficile d’aimer cette nouvelle version d’Agyeiwa. Quelque chose lui a été enlevé, quelque chose de précieux. Et c’est encore plus douloureux de savoir qu’elle l’a donné à quelqu’un d’autre, en moins de quatre mois, alors qu’elle m’avait dit non pendant trois ans.

Comment pourrais-je retrouver cet amour, cette passion qui brûlait en moi pour Agyeiwa ? Combien de temps faudra-t-il avant que je me dise : “Je ne l’aimerai plus jamais, je devrais la laisser partir ?”

Je pense à demander une pause, pour me retrouver, pour sentir à nouveau quelque chose pour elle. Mais j’ai peur que cela la blesse, qu’elle me déteste.

Je suis perdu, je ne sais plus quoi faire. Comment trouver la solution à ce problème qui me ronge de l’intérieur ?