Découvrez comment piéger une petite amie infidèle en toute discrétion !

Le 9 février, son anniversaire. Je me souviens encore du jour où je lui ai donné son cadeau. C’était un beau collier en argent avec un pendentif en forme de cœur. Mais malheureusement, elle n’a jamais eu le temps de le recevoir car elle avait voyagé pour voir sa mère à l’occasion de son anniversaire. Puis elle a également voyagé le jour de la Saint-Valentin. Je l’ai vue quelques jours après la fête des amoureux et j’étais impatient de lui donner mon cadeau. Mais elle était si occupée, si débordée par ses nombreux voyages et ses nouveaux projets que nous n’avons même pas eu l’occasion de nous voir. Tout à coup, elle s’est mise à travailler le week-end et je n’ai plus eu de nouvelles d’elle. Elle m’a expliqué qu’une de ses collègues avait démissionné et qu’elle devait la remplacer d’urgence. Les changements se sont succédé, trop rapides, trop soudains pour que je puisse les suivre. Je lui ai demandé ce qui se passait et elle m’a répondu :

“La vie continue. On ne peut pas tout contrôler dans la vie, on ne peut que les accepter quand ils arrivent.”

Cette réponse m’a étonné, elle était si positive et motivante, bien plus qu’avant. Mais j’aurais dû me méfier car c’était peut-être un signe de quelque chose de plus profond, de plus sombre, que je ne parvenais pas à discerner. Après tout, nous étions ensemble depuis trois ans, je la connaissais bien. Enfin, je croyais la connaître. Je l’avais vue grandir, j’avais été là pour elle à toutes les étapes importantes de sa vie.

Nous avions prévu de nous marier après son service national et elle avait accepté avec joie. Mais après son service national, elle m’a dit qu’elle voulait trouver un emploi avant de se marier. C’était logique, mais soudain je me suis rendu compte que je ne connaissais peut-être pas la femme que j’aimais. Un soir, alors qu’elle était avec moi, je l’ai surprise en train de sourire à son téléphone. Quand je lui ai demandé pourquoi, elle m’a expliqué qu’un ami lui avait envoyé un mème amusant. Mais quelque chose n’allait pas, je le sentais.

Pendant qu’elle dormait, j’ai vérifié son téléphone pour voir ce fameux mème. Mais il n’y avait rien. Le dernier message qu’elle avait reçu datait de 10 heures du matin, de sa sœur. Je ne comprenais pas, quelque chose n’allait définitivement pas. Elle passait tout son temps sur son téléphone mais quand je voulais savoir à qui elle parlait, je ne trouvais rien. Il était clair qu’elle me cachait quelque chose, mais quoi ? Je n’en avais aucune idée.

Il y a des signes évidents qui montrent qu’une petite amie peut être infidèle. Des signes qui peuvent éveiller les soupçons les plus obscurs et semer le doute dans l’esprit d’un amoureux fou. Lorsque mon intuition a commencé à s’emparer de moi, je ne voulais pas y croire. J’étais tellement amoureux d’elle que je ne pouvais pas imaginer un instant qu’elle puisse me tromper. Mais les preuves étaient là, sous mes yeux, se déroulant lentement comme un film en noir et blanc.

Le premier indice était son travail le week-end. Elle passait de longues heures au bureau, sans aucune raison apparente. “C’est pour la promotion”, me disait-elle, mais je pouvais sentir qu’il y avait quelque chose de plus à cette excuse. Les voyages soudains pour célébrer son anniversaire et la Saint-Valentin étaient également des signes troublants. Je voulais lui faire confiance, mais son comportement ne correspondait pas à ses paroles. Les conversations téléphoniques permanentes, même lorsqu’elle était avec moi, et la suppression constante de ses messages ne faisaient qu’accroître mes soupçons. J’avais l’impression qu’il y avait quelqu’un d’autre dans sa vie, quelqu’un dont elle ne me parlait pas.

Un week-end, j’ai décidé de lui rendre une visite surprise à son bureau pour vérifier si elle y était vraiment. Je l’ai appelée en chemin pour la prévenir que je passais la voir. Mais lorsqu’elle a répondu à mon appel, j’ai été surpris par sa réponse : “Pourquoi me poses-tu cette question ? Où es-tu aussi ?” J’ai répondu, les mains tremblantes : “Tu m’as dit que tu allais travailler. Je suis sur ton lieu de travail. Où es-tu ?” Sa réponse m’a glacé le sang : “Je suis chez toi. Tu m’as dit que tu serais à la maison, alors je suis venue avec de la nourriture. Que fais-tu dans mon bureau ?” Le choc m’a fait rentrer à la maison en courant. Et comme elle l’avait dit, elle était là, avec toute sa splendeur innocente. Elle m’a doucement caressé le visage et, avec un sourire en coin, elle a prononcé ces mots d’une voix enchanteresse : “Tu ne me feras jamais confiance, n’est-ce pas ? Pourquoi viens-tu toujours me harceler, quand je travaille dur pour notre avenir ?”.

Je lui ai parlé de tous les changements que j’avais remarqués chez elle. Le ton de sa voix, ses messages mystérieux, ses excuses évasives. Nous avons eu une longue conversation, et elle s’est excusée : “Je ne savais pas que je te blessais. Cela ne se reproduira plus”. Tout est redevenu normal, ou du moins je le pensais. Nous sommes revenus sur la question du mariage. Mais elle m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : “Si tu m’épouses maintenant, tu vas souffrir. Qu’est-ce que j’ai ? Rien. Laisse-moi économiser quelque chose de petit pour que je puisse te soutenir, d’accord ?”

Mais cela ne s’arrêtait pas là. Un soir, après lui avoir parlé au téléphone et lui avoir souhaité bonne nuit, j’ai décidé de l’appeler pour voir si elle dormait réellement. C’était un appel en attente, mais elle a rapidement décroché et m’a dit qu’elle était en conférence téléphonique avec ses filles et que je devais lui donner cinq minutes pour me rappeler. Elle n’a jamais rappelé. Lorsque je l’ai rencontrée et que j’ai vérifié son journal d’appels, il n’y avait aucune trace de cette conférence téléphonique. L’historique des appels avait été effacé. Son historique de chat contenait également le dernier chat établi le matin avec un collègue.

Elle était si intelligente qu’elle nettoyait les traces avant que je ne puisse les trouver. Un week-end, j’ai passé une soirée avec elle. À 21 heures, je lui ai dit au revoir et j’ai quitté son domicile. En rentrant chez moi, je l’ai appelée pour la prévenir et lui souhaiter bonne nuit. Le matin, elle m’a appelé. Elle m’a dit : “Tu as laissé ton autre téléphone ici hier soir, tu ne t’es pas rendu compte qu’il n’est pas avec toi ?”. Je ne montrais aucun signe d’inquiétude pour ne pas la frustrer davantage. Mais à l’intérieur, j’étais fou de joie. J’avais intentionnellement laissé le téléphone chez elle, avec un enregistreur vocal allumé. Elle était tranquille toute la nuit, et j’avais la preuve enregistrée que je recherchais depuis si longtemps.

Et puis, comme un coup de massue, son infidélité est devenue une vérité douloureuse. Lorsque j’ai écouté l’enregistrement, j’ai entendu une voix inconnue à l’autre bout du fil. Un homme…son amant. La conversation était intime, crue et choquante. Et la voix de ma copine, si attachée à ses mensonges, était maintenant cruellement réelle. Mon cœur s’est brisé en entendant les mots qui étaient censés m’être destinés : “Tu ferais mieux de venir m’épouser avant que je ne tombe amoureuse de quelqu’un d’autre. Tout ça pour toi quand tu te marieras, pour que tu puisses t’imaginer.” Mon monde s’est effondré en entendant les mots en l’air pour cet inconnu : “Est-ce que c’est clair maintenant ? Tu vois comme je suis mouillée ?”. Il a répondu : “Hmmm, ça me rend fou. J’aimerais être à côté de toi”. “Je sais ce que tu peux faire. Je n’ai pas oublié notre dernière fois. Tu as failli me tuer.” “Je veux t’entendre gémir. Joue avec toi-même.” Les dix à quinze minutes qui ont suivi ont fini de déchirer mon cœur en mille morceaux. Je pensais que j’étais prêt à tout entendre, à tout supporter. Mais aucune quantité de bravoure ou de préparation ne pouvait dissoudre la douleur que j’ai ressentie en entendant ma copine gémissant le nom d’un autre homme.

Mon monde s’est effondré ce soir-là. Mais j’ai appris une leçon précieuse. Si mon intuition me dit que quelque chose ne va pas, alors c’est probablement le cas. Et si je m’étais écouté plus tôt, j’aurais peut-être pu éviter de tomber amoureux d’une fille infidèle.

Mon cœur se déchirait en morceaux alors que je la regardais dormir paisiblement. Ses démons de la nuit semblaient s’être échappés pour la laisser en paix. Pourtant, je ressentais une douleur profonde à l’idée qu’elle puisse me trahir. Cet enregistrement que j’avais découvert n’était qu’une confirmation de mes soupçons. Je me suis tu, attendant qu’elle se réveille pour lui faire écouter le morceau de notre conversation qui l’incriminait. Son visage s’est instantanément durci et elle a enfoui sa tête entre ses mains. Je lui ai posé la question qui me brûlait les lèvres : “Alors tu attends que quelqu’un d’autre t’épouse pendant que je suis là à perdre mon temps avec toi ?” Son unique réponse fût : “Pourquoi le ferais-tu ?” J’ai continué à la fixer, brûlant d’envie de lui demander pourquoi elle avait commis une telle trahison. Mais mes mots semblèrent se bloquer dans ma gorge, et elle en profita pour me poser la question à son tour : “Pourquoi as-tu enregistré nos conversations ?” J’ai répondu :

“Pourquoi ne le ferais-je pas alors que tu m’as donné beaucoup de raisons de le faire ? Qui est-il ? Où l’as-tu rencontré ? Depuis combien de temps fais-tu cela avec lui ?”

Comment lui expliquer que mon cœur était rempli de doutes et je n’avais pas pu résister à l’envie de la confondre ? Elle a continué, sur un ton accusateur :

“Je ne peux répondre à aucune de ces questions. Penses ce que tu veux. Pourquoi fais-tu cela ? Si je laisse mon téléphone dans ta chambre pour t’enregistrer, tu crois que tu seras innocent ? Si tu ne me crois pas, tu aurais dû le dire. Ce que tu as fait est illégal et je peux te poursuivre en justice.”

Lorsqu’elle est sortie, je lui ai souhaité bonne chance. Elle m’a répondu : “Veuille à effacer cet enregistrement, à moins que tu n’aies l’intention de le divulguer.”

Lorsqu’elle a franchi ma porte, j’ai su que c’était la dernière fois que je la voyais dans les parages. J’ai attendu des excuses qui ne sont jamais venues. Oui, elle s’en est allée, sans même s’excuser, me laissant seul avec mes regrets. Elle m’avait ensuite bloqué sur toutes les plates-formes de communication, comme un dernier message pour me dire qu’elle avait tourné la page et que je devais en faire de même. Mais comment oublier ? Comment ne plus souffrir devant le souvenir de ce qui s’était passé ? Chaque jour, je suis prisonnier de mes souvenirs, comme si on me laissait mourir à petit feu. Mais je me console en me disant que bientôt, ce ne sera plus qu’une anecdote que je pourrais partager, en riant. Et j’avance, petit à petit, vers l’oubli.