Bangou célèbre l’inauguration historique du Jardin de la mémoire de l’esclavage

Le‍ lundi 11 décembre⁣ 2023, le Cameroun était le théâtre d’une cérémonie d’inauguration émouvante, présidée par l’ambassadeur de France. Un événement​ d’une grande importance,‍ marquant l’ouverture du ⁣tout premier Jardin Mémoriel ‍de l’esclavage ⁣en terre camerounaise. Une initiative soutenue par la France, symbole d’un engagement ⁣profond envers ⁤la⁤ reconnaissance ‍et la‌ célébration de l’héritage africain.

Cet ​impressionnant monument, situé à Bangou dans ⁤la région de l’Ouest, est né d’un partenariat solide ​entre La Route des Chefferies, ‌la commune de Bangou et l’Agence Française de Développement (AFD). Sur une superficie de 7000 m2, le jardin offre une exposition⁤ permanente​ qui⁤ retrace avec profondeur et respect le ⁢quotidien tragique des esclaves.

Des œuvres d’art contemporaines, réparties dans ⁤une dizaine d’espaces thématiques, viennent ponctuer le parcours pour renforcer⁤ le message et l’émotion. Ce jardin est un lieu ⁤de mémoire et un hommage aux victimes de l’esclavage.

Lors ⁢de⁤ cette cérémonie d’inauguration, les dignitaires ​camerounais ont salué ce devoir de mémoire,‌ permettant de comprendre et de⁤ transmettre le calvaire enduré par ⁣les ancêtres. Pour le maire de Bangou, il s’agit également​ d’une prise de conscience cruciale​ pour sensibiliser la jeunesse camerounaise face⁢ à l’émigration clandestine actuelle.

Un travail approuvé⁢ et soutenu par ⁢l’ambassadeur Thierry Marchand, qui n’a pas manqué de féliciter les concepteurs‍ du jardin⁢ pour la qualité unique de leur création artistique. Tout en‌ donnant des recommandations pour⁢ optimiser l’attrait du site. ⁣Cet ⁤hommage​ à l’histoire⁤ de l’Afrique ‌doit être un lieu de réflexion et d’éducation pour les ⁢générations futures.

Initié par des membres de la diaspora camerounaise en France, La Route des Chefferies ⁤mène depuis 2018 des actions pour préserver et valoriser‌ le patrimoine culturel national. Une association engagée également dans des projets de développement économique local, en collaboration avec les​ populations et les autorités traditionnelles.

Avec l’ouverture de ce Mémorial‍ dédié à‌ l’esclavage,⁤ La Route​ des Chefferies offre au Cameroun‌ un lieu de recueillement ‌et de transmission d’une histoire‍ encore trop ‍peu connue. Un⁢ monument durable‍ en mémoire ⁤des souffrances passées, mais ‍surtout ⁢comme⁢ un symbole ⁣fort pour la reconnaissance et la construction d’un ⁣avenir meilleur. La ⁢France, à travers son ambassadeur, a montré son soutien et⁢ son engagement envers les valeurs de mémoire et de fraternité entre les peuples. Ce Jardin Mémoriel est un pas de ⁢plus⁣ vers⁤ la‍ réconciliation et la prise ​de ​conscience de l’histoire commune entre ⁤la​ France‍ et l’Afrique.