Panique à Mbouda : la vérité derrière la rumeur dévoilée

C’est‌ avec ‍angoisse et appréhension que les habitants de l’arrondissement ​de ⁤Mbouda et de Babadjou ont vécu la journée du 23 novembre​ 2023.

Les ‌rumeurs de ⁢la présence de combattants se revendiquant de ‍l’Etat⁣ d’Ambazonie, ⁤pays voisin du département de Bamboutos dans‌ la région‌ de l’Ouest, ont ‌semé la panique dans ⁣les⁣ villages et groupements tels⁤ que Bamessingué, Bamougong,⁢ Babété, Bamendjinda,⁢ Bafounda et ‌bien d’autres. Les messages alarmants ont circulé sur les réseaux⁢ sociaux et ont été relayés par “radio-trottoir”, provoquant la désertion des écoles ​par les élèves, malgré les appels au calme des responsables des établissements et⁣ des autorités administratives.

Des‌ témoignages ont⁢ affirmé ⁤que les enfants sont rentrés rapidement à la​ maison et que les habitants restent enfermés ​chez eux. La rumeur selon laquelle‌ les combattants auraient demandé aux populations de rester cloîtrées⁣ chez elles et de ne ⁣pas sortir la nuit a fait le tour⁣ des villages ​et⁢ a été prise très au sérieux par les habitants, les incitant à annuler leurs déplacements prévus pour le week-end.

Malgré les ⁣efforts ⁤des autorités et⁤ des élites locales⁢ pour apaiser la situation et apporter des explications rationnelles, la ‍panique n’a pas pu être ⁣contrôlée. Les écoles étaient fermées et les commerces fonctionnaient au ralenti, sans qu’aucune​ attaque ne soit signalée.

Cette vague ‌de peur a ⁤été provoquée par des rumeurs infondées, qui ont circulé au lendemain du⁤ massacre de Bamenyam ⁢dans l’arrondissement de Galim.

Selon des sources officielles, neuf personnes⁤ ont perdu la vie dans cette ⁢attaque perpétrée par des sécessionnistes se⁢ proclamant ambazoniens. ‍Les habitants vivant dans des villages‌ proches ⁢de la frontière avec le pays voisin ont craint d’être les prochaines cibles de ces forces rebelles, réputées pour se déguiser⁢ en militaires.

Dans‌ une région déjà éprouvée ​par des violences et des conflits, cette ‌fausse alerte a plongé la ville de Mbouda‍ dans une tension inquiétante.

La ⁣nuit a vite‍ envahi ​la ⁤ville ⁣et ⁣ce fut une ⁣nuit blanche⁤ pour beaucoup, angoissés par les rumeurs et les craintes alimentées par les événements récents.