Juste prix de passeport au Bahreïn : La frustration des Camerounais

Envoyé au loin dans le désert de Bahreïn,⁣ les ⁢expatriés ​camerounais‌ font face à ⁤une​ double peine : des frais exorbitants pour obtenir des documents de voyage​ et une absence flagrante de soutien⁤ diplomatique.‍ Leur situation, marquée par des⁣ difficultés financières et des⁢ obstacles​ bureaucratiques, appelle l’attention des autorités camerounaises, en particulier Monsieur Iya Tidjani, Ambassadeur ​du Cameroun en Arabie Saoudite.

Le problème central réside dans le renouvellement‍ des passeports camerounais à Bahreïn. Un ‍citoyen anonyme, ayant⁣ déjà renouvelé son passeport lorsque celui-ci était encore valide, fait face à une ‍demande choquante : 80 ⁢000⁤ francs CFA pour un simple cachet d’annulation. Il s’insurge contre cette somme ⁣exorbitante, atteignant le coût d’obtention d’un nouveau ⁣passeport ⁣au Cameroun.

Cerise sur le gâteau, le ‌manque de soutien de la part des représentants camerounais à⁢ Bahreïn⁣ est ressenti comme un abandon ​par ⁤la communauté expatriée, les laissant vulnérables à des pratiques d’exploitation. Le fardeau⁤ financier de⁤ ces frais exorbitants est insoutenable. Certains, comme‍ le citoyen concerné qui a pris la parole, ont ⁣même perdu leur emploi à cause de la ⁢pression​ financière.⁣

Cette supplique désespérée pour une ​intervention des autorités camerounaises met‌ en⁢ lumière l’urgence de la situation. “Ici, nos​ représentants ne nous aident pas”, se lamentent-ils. “Le coût de renouvellement d’un​ passeport à‌ Bahreïn est trois fois plus élevé qu’au Cameroun ! Cette exploitation nous fait perdre nos emplois.”

Cette demande d’action exige ‍une réponse rapide du gouvernement ‍camerounais. Les expatriés⁢ espèrent que leurs voix seront entendues par les autorités compétentes et qu’une solution sera trouvée. Alors que les projecteurs se braquent sur les ⁤voies diplomatiques, le bien-être‍ et les droits​ des citoyens ‍camerounais⁤ à l’étranger doivent être une priorité.

Il est à noter qu’en mai dernier, un Camerounais​ a partagé ‍son point de vue avec MMI et⁣ a été stupéfait par⁤ les coûts exorbitants associés à l’obtention de passeports, de cartes d’identité nationale et à l’éducation dans le pays par rapport ⁤aux autres nations africaines. Ayant vécu ⁣en​ Éthiopie, en Guinée équatoriale et dans différents pays, cette personne a regretté que les Camerounais doivent faire face à⁣ des ⁣dépenses‍ disproportionnées ⁣pour obtenir ⁤des‌ documents essentiels et une éducation, ‍contrairement aux services presque gratuits dans⁢ d’autres pays. Exprimant ses inquiétudes, il se demande‍ quelle est la logique derrière ‍un processus coûteux​ et difficile pour obtenir une carte⁤ d’identité au⁣ Cameroun, ​en contraste avec ​les frais beaucoup plus bas en Guinée équatoriale (2 000‌ francs) et ‌en Éthiopie (45 birrs⁤ éthiopiens, environ 500 ⁢francs).