La dette publique du Cameroun atteint un sommet de 190 milliards, l’État sous pression financière

Les chiffres sont alarmants : l’Etat du Cameroun ‌est⁣ endetté à hauteur de 190 milliards de francs ​CFA envers cinq grandes entreprises publiques.

Camtel, ‍Sopecam, le Port autonome de Douala, le Port autonome de Kribi et Camwater sont à ​bout de​ patience face à ​cette dette considérable.

Selon le rapport confidentiel “Concours financier de l’Etat aux entreprises et établissements publics”, annexé ⁤à la loi de finances⁤ 2024, ce montant représente les prestations fournies par‍ ces entités pour ​le gouvernement, jusqu’au ⁢31 décembre⁢ 2022.

Dans le détail, Camtel réclame 75,569 milliards de francs CFA à l’Etat pour‍ les frais de⁤ téléphones et‍ d’internet, soit 39,7%⁣ de‍ l’ensemble de la dette.

Le Port autonome de ⁤Douala, quant à lui, demande le remboursement de 69,760 milliards de francs​ CFA pour les investissements⁢ et les ⁤missions de service public ​réalisés pour le compte de l’Etat.

Camwater, l’entreprise chargée de la distribution⁣ d’eau, a une‌ dette de 26,214⁢ milliards de francs CFA, dont 25,588 milliards correspondent à la consommation⁤ publique ⁤de l’année 2022, et⁢ 626,108 millions pour l’année 2020.

Mais ces cinq entreprises ⁤ne sont⁢ pas les seules touchées par cette situation ​problématique. En effet,​ l’Etat a également des⁤ dettes envers d’autres entités, telles que le Port autonome de ‌Kribi et la Sopecam.

Le Port autonome de Kribi a avancé 18 milliards ‍de francs CFA pour les investissements réalisés pour l’Etat, ainsi que pour le⁤ coût de la prise en charge des Forces‍ de Maintien de l’Ordre.

Quant à⁢ la Sopecam, elle demande 764,584 millions de francs CFA à l’Etat⁢ pour ⁢les abonnements à⁤ Cameroon Tribune et les insertions publicitaires des administrations publiques.

Cependant, les entreprises​ publiques⁤ doivent également rembourser leurs dettes‌ envers l’Etat, qui s’élèvent à 94,687 milliards de francs​ CFA pour⁢ la période en question.

Camwater doit ainsi rembourser 24,552 milliards de francs​ CFA pour des ‌paiements effectués en 2021 et 2022.

Le ‍Port autonome⁢ de Douala présente⁢ quant à lui⁢ une dette⁢ fiscale​ de 21,977 milliards‍ de francs CFA.

Au ⁢niveau du Port autonome de Kribi, la dette s’élève à 16,232 milliards de francs CFA, suite à des ⁢fonds mobilisés par​ l’Etat pour renflouer ​le​ compte séquestre.

Enfin, Camtel réclame le ​remboursement de 31,894 milliards de francs CFA, tandis que la Sopecam a une dette compensable de 30,844 millions de‌ francs CFA ​envers​ l’Etat.

Il est urgent que des solutions soient trouvées pour résoudre cette ⁤situation⁤ financière critique.

Il ne faut pas⁢ oublier que ces dettes pèsent non seulement sur l’Etat, mais aussi sur ‍les ‌entreprises publiques qui ont également des obligations à respecter envers⁤ leurs ⁤créanciers.

Il est temps que des mesures efficaces soient mises en place pour régler ces problèmes de​ dettes et‌ permettre à ces entreprises de travailler dans des⁢ conditions financières plus saines.

L’avenir ⁢de ces entreprises ⁣du Cameroun en dépend.