Meurtre de civils en Ethiopie : séries d’attaques dans la zone spéciale Oromo, région d’Amhara

Une série d'”attaques coordonnées” menées par des​ individus que les résidents locaux‌ décrivent comme étant la milice Fano et les forces de police régionales en uniforme, ont causé la mort de plusieurs personnes et blessé de nombreux autres dans la zone spéciale Oromo de la⁤ région Amhara. Depuis le ‍9 mars, ces attaques ont tué 27 personnes ‌et blessé plus de 40 autres dans le district de Jille Dhumuga,⁣ selon les ⁣témoignages des résidents ‌locaux.

Un habitant de ​Kolashi, qui a préféré garder l’anonymat, a confié à Addis Standard que la première attaque dans son village a eu lieu le 9 mars 2024 et a causé la mort d’une personne et ⁣blessé deux autres. Depuis, les attaques ‍se sont étendues à d’autres villages du ⁢district, faisant plus de victimes, incendiant des maisons et pillant des propriétés.

Selon les résidents, 27 personnes ont ⁤été‍ tuées⁣ et 40 autres blessées en 10 jours ​dans plusieurs villages, dont des femmes, des ‌enfants et des personnes âgées. Le résident a également déclaré que près de 20 personnes blessées ont été emmenées à⁢ Adama pour être soignées, mais en raison⁣ de la fermeture des routes d’accès, elles ont ‌dû venir à⁣ travers la région d’Afar, ce qui a entraîné des frais ⁣supplémentaires. Ceux qui n’ont pas ​pu faire⁣ le voyage sont soignés dans les villes de Sambate ​et de‍ Bate. Des​ photos de villages en ​flammes et d’hommes blessés à l’hôpital d’Adama ont été partagées sur​ Facebook. ‍Bien que nous n’ayons pas été en mesure de vérifier indépendamment ces images,⁤ des campagnes de collecte de fonds en ligne ont​ été lancées pour aider les victimes.

Un habitant du village de Karra Abba Karcho, l’un des villages touchés par ces attaques, a affirmé que ⁣plusieurs membres d’une même famille ⁢ont été tués dans différents villages tels⁢ que Kolashi, ​Nanoftu, Wesen Kurkur et Balchi. Selon lui, ​ces ⁢attaques ​visent ‍à expulser les résidents d’origine Oromo de la région, avec des menaces de départ sous prétexte que ‍la terre appartient aux Amhara et que‍ la‍ zone spéciale Oromo n’est pas légitime. ⁢Les ⁢tentatives pour obtenir des commentaires des représentants⁢ locaux​ sur​ ces attaques n’ont pas abouti, malgré les efforts d’Addis Standard.

La zone spéciale Oromo et la zone voisine⁣ de North Shoa, dans la région⁣ Amhara, ont été le théâtre de violents affrontements‌ ces dernières années impliquant la milice Fano, les forces⁢ de sécurité gouvernementales et des résidents armés locaux. En novembre de l’année dernière, plus de 18 personnes ont été tuées⁣ et 30 autres blessées‍ lors⁢ d’une ⁤journée de combats entre ‌la milice Fano de la zone Shewa Nord et des⁤ résidents ⁤armés ⁤de la zone spéciale Oromo voisine​ d’Artuma Fursi. En janvier 2023, des dizaines de civils ont été tués ‍dans le district de Jille Dhummuga ⁣lors de violents affrontements entre les forces armées locales et‌ des civils ⁤locaux. En juillet 2022, 17 civils ont été tués, de nombreux autres ​blessés ​et d’importants ‍dégâts matériels ont⁣ été causés par l’incendie de quartiers résidentiels. En avril​ de la même année, Addis Standard a rapporté des violences atroces où des membres ‌de la ⁤milice Fano ont exécuté⁢ plusieurs civils et⁢ fait fuir d’autres dans la zone ‌frontalière entre Shewa Robit (zone Shewa Nord) et Wasen Kurkur (zone spéciale Oromo). Actuellement, la région d’Amhara ​est soumise​ à un ⁣état d’urgence déclaré par ‌le gouvernement fédéral, qui a été prolongé de quatre mois au début de ‌ce mois.