Arrêt des activités des partis politiques au Mali : la cour suprême saisie par plusieurs partis

Les partis, ​regroupements de partis et organisations‌ de la société civile signataires ⁢de la déclaration du 31 ⁣mars 2024 ont saisi la Cour suprême lundi pour contester le décret ⁢présidentiel‍ du⁣ 10 ⁤avril qui suspend les activités des⁤ partis politiques et mouvements à caractère ⁢politique.

Dans un communiqué officiel, les parties⁢ signataires informent​ également l’opinion publique du dépôt d’un recours auprès de la Cour suprême ‌visant à annuler le décret jugé tyrannique​ et​ liberticide​ du⁤ 10 avril 2024, par le biais d’un groupe d’avocats dédié à cette cause.

Le 10​ avril dernier, les​ autorités de ​la transition⁤ ont annoncé la⁣ suspension des activités des partis ‌politiques et des activités à caractère politique des associations, dans‍ le but de créer les conditions nécessaires pour mener à bien le Dialogue inter-maliens pour la Paix et la Réconciliation ⁤nationale.

Les parties signataires se félicitent également d’avoir respecté l’appel à ne pas participer au dialogue inter-maliens initié par les autorités en place. Cependant, elles déclarent que ce dialogue a en réalité été une manœuvre politique ⁣destinée à exclure les forces vives ‌du pays et qu’elles ne reculeront⁢ pas dans leur combat ⁤pour la liberté, la démocratie et le bien-être des Maliens.