Les combattants Amba attaquent violemment un homme pour collaboration présumée avec l’armée!

L’horreur continue: des combattants séparatistes ambazoniens ‍abattent et décapitent un ​homme pour avoir ⁢fourni des informations à l’armée camerounaise.

Selon une ‍source anonyme⁤ à Esu, dans ⁢la région ⁤du Nord-Ouest du Cameroun,⁤ les “Amba⁣ Boys” ont tiré et décapité avec un machete le ⁢nommé Meh Chuo Meh Buh. L’homme ⁣lutte maintenant pour ⁢sa⁤ vie à l’hôpital régional de ​Bamenda.

Il‌ aurait été ⁣accusé⁤ d’avoir livré des informations⁢ à ⁣l’armée camerounaise, ce qui a poussé les combattants ambazoniens à se réfugier dans une forêt à Esu après avoir été chassés de leur‍ base à Wum, le chef-lieu de la division de Menchum.

Ce groupe est également accusé d’avoir brûlé une ⁢école technique gouvernementale à‌ Esu le 12 décembre 2023, lors d’une attaque qui a coûté​ la vie à‌ deux enseignants et ‍a vu⁢ l’enlèvement de‍ plusieurs élèves. Heureusement, ces⁢ derniers ⁢ont été libérés ⁢par la suite.

Malheureusement, ces actes⁣ de‌ violence contre‍ les civils sont devenus​ monnaie courante dans les régions ⁢anglophones du Cameroun depuis le début du conflit‌ armé‍ en 2017. Rien que l’année dernière, au ⁣moins⁢ 300 personnes ont perdu la vie lors de confrontations entre l’armée⁣ et les ​combattants séparatistes, ainsi que lors d’assassinats ciblés.

Cette attaque à Esu montre une fois de plus la dure réalité que doivent ⁢affronter les civils pris entre les feux ⁣croisés des forces en présence,​ et certains d’entre ​eux deviennent ‍même victimes de violence pour avoir été accusés de collaborer avec l’un ou l’autre côté.

Le conflit anglophone au Cameroun continue ⁤de faire rage et il ⁣est urgent que les leaders,⁤ tant du‍ côté gouvernemental que séparatiste, s’assoient à la table des négociations pour mettre fin‌ à cette​ tragédie. En attendant, les⁣ civils innocents continuent de⁢ subir ‍les conséquences tragiques de cette violence insensée.