Soudan : le leader de la coalition civile parle des efforts de paix avec les chefs d’État de l’IGAD

L’ancien Premier ministre soudanais et ‍chef de la coalition civile anti-guerre Abdallah ⁣Hamdok a rencontré les dirigeants de l’IGAD lors d’un sommet extraordinaire à‍ Kampala, en Ouganda.

Organisé pour aborder le conflit en cours au Soudan ainsi⁤ que le ‍différend récent entre la Somalie et l’Éthiopie au sujet de la reconnaissance implicite du Somaliland par cette dernière,‍ ce sommet a été l’occasion‌ pour M. Hamdok ‍de présenter aux⁣ dirigeants son évaluation des causes profondes de la‌ crise soudanaise, ainsi que sa ‌vision pour une résolution rapide et durable.

⁢Au cours de la réunion, M. Hamdok a souligné l’urgence de mettre ‍fin à la guerre dévastatrice qui sévit depuis trop longtemps au Soudan.⁣ Il a également évoqué les terribles conséquences humanitaires du conflit ‍et a plaidé pour une voie politique⁣ durable menant⁤ à la‍ paix, la stabilité et une transformation démocratique du pays.

Le​ chef de la coalition civile a également tenu à saluer l’engagement inébranlable⁣ de l’IGAD et de l’Union africaine pour une résolution pacifique de la crise soudanaise. Il a notamment réaffirmé le soutien de⁢ son organisation à leurs efforts,‌ notamment ⁣dans la reconstruction et le développement du pays après ⁤la guerre.

Dans une déclaration commune à l’issue⁢ du sommet, les chefs d’État ⁤de l’IGAD ont ‍exprimé leur soutien au peuple​ soudanais et à ses efforts pour rétablir un gouvernement civil.⁤ Ils ⁢ont souligné que‍ la République du‍ Soudan n’appartient pas seulement aux parties en conflit, mais à l’ensemble de la population. Les États membres de‌ l’IGAD​ ont donc la responsabilité première ​de veiller à ce ‍que ⁢la volonté du peuple soudanais soit respectée.

Le chef de la⁤ Commission​ de l’Union africaine, Moussa Faki, a également‍ déploré le coup d’État du 25 octobre 2021, soulignant qu’il avait ⁣mis un terme aux efforts du gouvernement ⁤civil en faveur de la stabilité ⁤et du développement, et qu’il avait conduit ‍à la situation actuelle de guerre.

De son côté, l’envoyé américain pour la Corne ​de l’Afrique, Mike ⁢Hammer, a souligné l’importance de la participation des civils dans la détermination de l’avenir du Soudan. Il a également salué les efforts de Tagadum ⁤pour former un large front démocratique, tout ⁤en soulignant la nécessité ​d’intégrer davantage de ⁢représentants des différentes régions du pays dans cette coalition.