Soudan: les Comités de Résistance de Wad Madani défient l’ordre de dissolution

Les conseillers de résistance de Wad Madani ont rejeté la décision du gouverneur ‌d’État de dissoudre tous les comités de​ base à ​El Gezira et continuent de fournir une assistance vitale à leur communauté.

Dans un communiqué passionné publié hier, ‌les comités ​de résistance ont catégoriquement rejeté la décision des autorités, la qualifiant de “non vaillante et ne méritant même pas‌ qu’on utilise de l’encre pour l’écrire”. Les forces de ‍sécurité ont ‍pris pour cible les membres ⁤des comités de résistance qui ont courageusement fourni ⁣une aide humanitaire essentielle à la population ⁣de Wad Madani.

Cette mesure “injustifiée et malveillante”‍ a été ⁢qualifiée de “ciblage systématique” par ‍le comité. Mais ils restent imperturbables et continuent de travailler pour la renaissance de leur état⁤ et⁤ pour le bien du peuple soudanais. En témoignent les mots enflammés du ​communiqué : “Nous continuerons à ⁣travailler avec détermination ​et⁤ passion pour la reconstruction de⁤ notre état, en dépit de cette décision injuste”.

Les comités ont également exprimé ⁤leur solidarité avec d’autres comités de résistance à travers ‌le pays, ⁤en tant qu’organisations populaires, ⁣révolutionnaires ⁢et⁢ civiles, qui ont joué un rôle vital dans la récente révolution⁤ au Soudan.

Cette décision insensée⁢ et préjudiciable a⁤ été précédée par un ⁢décret du ministre intérimaire de⁣ la ⁢gouvernance fédérale à Port-Soudan, qui a interdit tous les ⁣comités de base formés pendant la révolution et les conflits armés pour venir‍ en aide aux personnes ⁢dans ⁢le besoin.

Ce décret a⁤ provoqué un tollé parmi les membres des comités de résistance, qui l’ont immédiatement dénoncé comme étant “honteux” et en violation des droits de l’homme. En outre, les comités de résistance ont également​ déploré le retrait honteux‍ de la garnison des Forces armées soudanaises (FAS) à Wad Madani, laissant ainsi la population à⁤ la merci des⁤ Forces de soutien rapide des FSR.

Ils exigent une enquête sur le gouverneur ainsi ‍que sur les commandants ‌de la première division d’infanterie⁤ pour avoir renoncé‍ à leur responsabilité de protéger la population​ d’El Gezira.