Refus catégorique de Paul Atanga Nji face à l’exclusion de Robert Kona du PCRN

Le ministre de⁢ l’Administration territoriale, Paul‍ Atanga Nji, a récemment⁤ répondu à la correspondance‌ du secrétaire⁤ général du ​Parti camerounais pour la ⁤réconciliation nationale,⁤ Boubakari Massardine, concernant l’exclusion définitive de Robert Kona du parti.⁢ Dans cette réponse, le membre du gouvernement​ a annoncé qu’il ne ⁢pourrait pas prendre acte de cette décision, en invoquant la violation⁢ des textes du PCRN.

En effet,⁤ le gouvernement estime‍ que la décision‍ d’exclusion de⁣ Robert Kona ne respecte pas les statuts du PCRN et qu’il ne dispose pas ‌de la qualité nécessaire pour prononcer cette‍ décision. Cette⁢ réaction fait suite à la transmission de la décision d’exclusion au ministre par le secrétaire général du parti le 25 mars dernier.

Cette exclusion avait été‌ prononcée⁢ par la Commission de‍ discipline du Bureau politique ⁤national, après la suspension de Robert Kona du ⁢Bureau politique‌ le 21 mars.

Cette nouvelle controverse entraîne une crise⁣ au sein du PCRN, dirigé par Cabral ‌Libii. Par ailleurs, cela ne⁤ fait qu’accentuer⁢ les tensions entre Cabral Libii et le ministre de l’Administration⁤ territoriale, Paul Atanga Nji. L’opposant accuse d’ailleurs ce ⁤dernier‌ de participer à la division et à l’affaiblissement ⁢du ⁤parti⁤ depuis sa prise ‍de présidence en mai 2019. En effet, cette division interne ⁣nuit à la‍ crédibilité et à l’efficacité du parti dans la poursuite de sa mission.

Par ailleurs, cette situation démontre également une certaine interférence du gouvernement ​dans les affaires ‌internes des partis⁤ politiques. En effet, le refus du​ ministre de prendre acte de ‌la décision du‍ PCRN⁣ semble être un moyen d’exercer un‍ contrôle sur les‍ actions du‌ parti et d’intervenir dans ses décisions. Cette situation remet donc⁣ en question ‌la liberté d’expression et⁤ d’organisation politique au Cameroun.